Le mot du Président du Conseil d’Administration

La volonté de l’Etat du Sénégal, d’accorder une licence de service universel dans le domaine des télécommunications entre en droite ligne de son souci permanent de garantir à l’ensemble de la population, partout où elle se trouve, un accès au téléphone, de bonne qualité, à un prix abordable.

Cette mesure d’intérêt public, qui rentre dans le cadre des plans de développement économique et social fait partie intégrante des engagements des opérateurs classiques, à investir et couvrir les zones rurales. Les déficits de couverture constatés en 2007, entrainant un accès limité aux services de base de télécommunication, ont amené l’état du Sénégal à accorder au Consortium du Service Universel (CSU SA), une licence de télécommunications de Service Universel, suite à un appel d’offres international.

Le consortium du service universel (CSU) est une Société Anonyme de droit sénégalais, composée d’entreprises à capitaux 100% sénégalais, évoluant dans le secteur des TIC. La licence de service universel de télécommunication pour le projet pilote de Matam, qui lui a été attribuée, lui permet de fournir aux populations, les services de base de téléphonie et d’internet, ainsi que des services à valeur ajoutée.

L’Etat du Sénégal, dans sa dynamique de promouvoir le service universel des télécommunications a porté son choix sur une région périphérique et à fort potentiel économique. A cela se rajoute la forte population matamoise évoluant dans la Diaspora et sollicitant très souvent leurs proches. Ce choix est d’autant plus conforté par les difficultés que rencontrent les populations de cette vaste région, à bénéficier des services de télécommunications au même titre que certaines des autres régions comptant parmi les plus avancées du pays.
La réduction, voire la suppression, de ces disparités est l’objectif essentiel de l’état pour mettre en application sa stratégie de service universel des télécommunications.

Ainsi, le consortium, dans la logique d’une mise en œuvre rapide et efficace du projet a créé une entité opérationnelle, chargée de piloter l’exploitation commerciale : HAYO.

La ville de Ourossogui, capitale économique de la région de Matam, a été choisie pour abriter le siège de l’entreprise, du fait de sa position centrale et de sa modernité.

CSU a ainsi doté ses locaux d’équipements de dernière génération ainsi que d’un cadre propice à un développement durable du service universel.

Depuis 2013, date d’attribution des ressources en fréquences, CSU n’a cessé de déployer son réseau afin de couvrir les villages en termes d’infrastructures.

Aujourd’hui, la totalité des villages de la région a été connecté dans les 3 départements de la région ; ce qui fait de la région de Matam un socle du service universel. C’est pour nous l’occasion de féliciter tous les collaborateurs qui de près ou de loin ont déployé le maximum d’eux même pour permettre ces résultats techniques appréciables, avec un accent particulier pour la jeune équipe d’ingénieurs de Matam.

Développer un service universel est toujours une mission sacerdotale.
Notre satisfaction est d’entendre le téléphone sonner pour la première fois à DENDOUDY DOW après plus de soixante ans de présence du téléphone au Sénégal.

Notre satisfaction est d’arriver à rapprocher, dans cette région à très forte immigration, des familles séparées par des milliers de kilomètres au point d’engranger un homonyme HAYO dans une famille d’immigré à Sinthiou Bamambé.

Entre les difficultés géologiques de la région, les résistances des opérateurs malgré les dispositions de la règlementation dans le partage des infrastructures, l’inexistence absolue de toute rentabilité et le manque d’accompagnement pour un support de développement de cette dimension, parvenir aux résultats techniques que nous enregistrons est le fruit d’une abnégation sans faille de C.S.U de jouer sa partition dans le Plan Sénégal Emergent (P.S.E).

Depuis 3 ans, CSU, offre aux populations de Matam, divers services de téléphonie allant du mobile au fixe, en passant par internet ainsi que d’autres services à valeur ajoutée. Ces services s’appuient sur une infrastructure moderne, un réseau de partenaires techniques et d’importantes ressources humaines locales.
L’entreprise ne cesse d’améliorer la qualité de ses services, en capitalisant une expérience non négligeable dans le domaine des TIC et en s’appuyant sur des ressources humaines très qualifiées.